Bonheur

Bonheur

« Le bonheur n’est pas toujours dans un ciel éternellement bleu, mais dans les choses les plus simples de la vie » – Confucius.

Concept né de la philosophie grecque, le bonheur n’occupait pas les pensées des sages de la Chine Antique. Le bonheur est une idée essentiellement occidentale qui se forge avec le temps.

La notion de bonheur est se poser des buts, et de se construire les étapes de la vie en vue d’une finalité espérée.

La réussite, qu’elle soit financière, professionnelle, familiale ou affective, est souvent une condition extérieure perçue comme nécessaire au bonheur. Ce bonheur peut sembler fragile car il entraine la plupart du temps une fébrilité. À peine l’a t-on touché du doigt qu’on craint de le perdre.

Les grandes traditions chinoises que sont le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme mettent l’accent sur la nécessité de préserver l’harmonie générale et une paix intérieure.

Le bonheur est intrinsèquement rattaché à la
sérénité, dépourvu de tout désir de finalité.

Une sérénité de l’instant présent, dans le calme mental, et qui n’est pas soumise aux conditions extérieures, et qui met l’accent sur l’économie d’énergie.

« Moins je m’use, plus je dure ».

« C’est en atteignant le contentement intérieur qu’on peut nourrir tout ce qui est à l’extérieur » – Yuandao.

La recherche du bonheur tel qu’on le conçoit en occident, qui demande de l’énergie et du temps, nous éloigne de la sérénité asiatique de l’instant présent.

Arrivé en Occident dans les années 80, le Feng Shui permet de combiner ces deux approches, sans doute le défi des années qui se profilent.

Et vous, comment concevez-vous le bonheur ?